Installé dans un ancien couvent de jésuites à Salemi dans la province de Trapani,il porte le nom d'un célèbre écrivain sicilien Léonardo Sciascia ce musée uniquement consacré à la mafia. Imaginé par Vittorio Sgarbi, son maire, singulier personnage politique, critique d'art, chouchou des programmes tv pour son talent de polemiste et d'insulteur (à lui seul il mériterait plusieurs posts.)une fois il a balancé son verre d'eau à la face d'un des invités qui l'a d'ailleurs giflé en retour. Un personnage de comédie plus amère que douce à l'italienne qui cultive l'insulte comme un art) et le photographe Oliviero Toscani,oui celui qui a révolutionné le concept de la pub chez Benetton, n'hésitant pas à exhiber malades du sida en plase terminale, jeans ensanglantés d'un jeune combattant de l'ex-yougoslavie, où des portaits de condamnés à mort américains). Il est d'ailleurs l'auteur du log qui représente une tache de sang qui a la forme de la Sicile.

 

museesgarbi

 

Outre les vidéos, témoignages, entretiens qui raconte les liens de la mafia avec l'église, la politique, pour les amateurs de sensations fortes sont prévu une dizaine de cabines (comme des boites surprises...) où  plongé dans le noir on assiste à diverses scénographies, effets spéciaux sonores et olfactifs compris pour illustrer les faits et méfaits de cosa nostra et son implication avec le pouvoir religieux ou politique. Suite aux malaises de 2 adolescentes le musée est désormais interdit aux enfants de moins de 16 ans.

(Il existe déjà un muséee de la mafia à las vegas crée par la fille de san giancana un des boss du chicago des années 50)